Février 2005

Au cours de la réunion du bureau de l’ANAFID tenue le 02/02/05, deux points ont été à l’ordre du jour : la réflexion stratégique menée par un groupe restreint du bureau sur un projet institutionnel de l’Association et la préparation d’un projet de centre virtuel de l’eau agricole. Le second point est traité dans les pages 3 et 4, pour le 1ier point un compte rendu est donné ci-après.

COMPTE RENDU DU GROUPE « REFLEXION STRATEGIQUE »

Monsieur Ait Kadi a fait une présentation sur l’état d’avancement du travail du groupe  » réflexion stratégique « . Il a souligné que lors de la première réunion de ce groupe, tenue le 12 janvier 2005, il a été convenu de se mettre d’accord sur une méthodologie de travail. Un large débat a également été ouvert pour faire un diagnostic des forces et des faiblesses de l’ANAFID. Il a précisé que sur la base de cet exercice, le groupe a établi une matrice forces/faiblesses. A la fin de la réunion du groupe  » réflexion stratégique », il a été recommandé d’approfondir la réflexion sur cette matrice et préparer pour chaque point un descriptif qui présente les éléments factuels qui étayent la force ou la faiblesse identifiée et autant que possible les causes. Il a été aussi préconisé, ajoute t-il, de préparer une autre matrice concernant les opportunités et les menaces. Après cette présentation, quelques membres du bureau ont proposé que tous les membres soient impliqués dans ce processus pour renforcer la réflexion du groupe.

COMITE DE GESTION DE L’IRRIGATION

Le comité de gestion de l’irrigation a tenu une réunion le 18-2-2005 au siège de l’ANAFID sous forme d’un atelier sur le thème «La valorisation de l’eau dans les périmètres irrigués». Etaient présents a cet atelier 21 participants.
La réunion a démarré avec un exposé du Pr. Filali B. A. sur « Les Processus de Réforme de gestion dans les périmètres irrigués pour une meilleure valorisation des ressources en eau ».
Les participants, persuadés de l’actualité du sujet, ont procédé à la définition des sous-thèmes qui feront l’objet des ateliers à venir :

  1. L’amélioration des performances des systèmes d’irrigation. Le membre responsable Mr. Chati Mohamed Taoufiq / Chef de Service du SEEN/ DDGI, AGR, Rabat ;
  2. Les performances de l’irrigation dans les périmètres d’aménagement hydro-agricole. Le membre responsable Mr. Guemimi Abdelhak, / Chef du Département de Gestion de l’Irrigation, / DGRI, ORMVA du Doukkala, El Jadida ;
  3. Les performances de l’irrigation dans l’ORMVA de Tadla. Le membre responsable Mr. Kobry Brahim / Chef de BTI / ORMVA de Tadla, Fkih Ben Saleh
  4. La Télémesure dans les périmètres irrigués. Le membre responsable Mr. Baroud Abdellah, / Chef de Service du SEEN, / SGRID, ORMVA du Souss Massa, Agadirt
  5. Le Système d’information par radar pour la gestion des ressources en cas de pénurie. Le membre responsable Mr. Filali Nourreddine, / Chef de Service, / Direction de la Météorologie Nationale, CASA
  6. Les Conditions de gestion des systèmes d’irrigation par les ORMVAs. Le membre responsable Mr. Zizi Nourreddine / Chef de Service, DDGI, AGR, Rabat
  7. Le Cadre institutionnel des ORMVAs. Le membre responsable Mr. Keddal Hassan, / Chef de Service, / DDGI, AGR, Rabat
  8. Le Système incitatif entrepris par les ORMVAs. Les membres responsables sont : Mr. Taeb Benchekroun (Chef de Division, / DDGI, AGR, Rabat) et Mr Chati Mohamed Taoufiq ( Directeur du SEEN)

La liste des thèmes n’est pas fermée, et reste ouverte à d’autres propositions. Le coordonnateur du Comité (Pr. Filali B. Abdelwahab) prendra contact avec chaque responsable des sous thèmes pour préciser le sujet et la date de son intervention. Par ailleurs, il a été proposé la création d’une page de Forum pour le comité qui sera hébergée dans le site web de l’ANAFID.

COOPERATION ANAFID-IPTRID : CENTRE VIRTUEL D’INFORMATION SUR L’IRRIGATION ET L’ENVIRONNEMENT EN AFRIQUE DU NORD ET EN AFRIQUE DE L’OUEST
Le projet du centre virtuel d’information sur l’irrigation et l’environnement en Afrique du nord et en Afrique de l’ouest, concerne les pays francophones de ces zones, et de ce faite bénéficie d’un financement de l’AFD (Ministère des Affaires Etrangères Français). La réalisation de ce projet est précédée d’une étude de faisabilité de ce centre pour la quelle l’ANAFID a été sollicitée pour y participer dans le cadre d’une convention à établir avec l’IPTRID. La durée de cette étude est de 2 ans. L’objectif de l’étude consiste à utiliser l’internet pour faire le lien entre l’irrigation et l’environnement. Parmi les résultats attendus figurent : (1) La capitalisation des expériences vécues en matière de relation entre l’eau agricole et l’environnement dans les pays cibles; (2) L’initialisation d’un débat régional sur la problématique : eau – agriculture -environnement; (3) La réalisation d’une plate forme de partage d’information en vue d’améliorer l’accessibilité et la diffusion des expériences et des connaissances sur la gestion de l’eau agricole et sa relation avec l’environnement. Du point de vue méthodologique, le projet adopte une approche participative et comporte 4 étapes: (1) Diagnostic : identification des groupes de travail nationaux; (2) Concertation : organisations d’ateliers régionaux; (3) Validation de la conception de la plate forme virtuelle; (4) Promotion de l’information : alimentation de la plate forme en informations.Rôle de la FAO (IPTRID) : (1) Mise à disposition de la plate forme; (2) Financement d’activités; (3) Pilotage de la démarche de la coordination de l’ensemble des acteurs; (4) Evaluation des résultats .
Rôle des relais nationaux : (1) Coordonner les activités nationales; (2) Participer à la concertation régionale; (3) Valider l’information; (4) Organiser les tests du fonction-nement de la plate forme virtuelle à l’échelle nationale; (5) Participer à l’évaluation et à la formalisation des recommandationsUne mission préparatoire à l’étude de faisabilité confiée à l’IPTRID a permis au consultant en information désigné à cette effet (Mr. Besseat Frunk/FAO – ROME ) de visiter plusieurs pays de la zone concernée. La visite du Maroc, s’est déroulée pendant une dizaine de jours courant Février

Un rôle prépondérant a été confié à l’ANAFID dés la préparation de cette mission, du fait, que l’IPTRID a désigné l’ANAFID pour préparer et coordonner cette mission. Le choix de l’ANAFID relève sans doute de ses excellentes introductions auprès des organismes internationaux de l’irrigation et du drainage. A cet effet, un comité de travail composé de messieurs Debbarh, Daoudi et Bourass a entamé une réflexion relative à l’opportunité de l’engagement de l’ANAFID sur un tel projet, puis a élaboré un programme de visite du consultant FAO-IPTRID et enfin a pris des contacts avec différents responsables pour faciliter la mission FAO-IPTRID. D’autres membres de l’ANAFID, en plus de son président Mr Bakkali A, ont contribué à cette phase du projet : Mlle Mahmoudi T; Mme Zidi L; MM Yacoubi M ; Ait Kadi M ; Bouaam M ; Bouhamidi M Bourass M ; El Mahraz H ; Filali A; Laraïchi A ; Moutaouekkel A ; Rbaïbi A; Yacoubi S M
Au cours de sa mission, Mr. Besseat a eu des entretiens fructueux avec les responsables de la FAO au Maroc, et des différentes administrations ainsi qu’avec les utilisateurs de l’eau d’irrigation. Au cours de ces visites, Mr. Besseat a été accompagné pendant tout son séjour par Mr. Moutaouekkel Abdelali, et par Mr. Bourass Mohamed pour la visite à la FAO de Rabat. On trouvera ci-après des extraits des comptes rendus de chaque visite établis par Mr. Moutaouekkel

REPRESENTATION FAO AU MAROC

Cette visite est tenue en présence de : Mr Halila, Repré-sentant de la FAO au Maroc et Mr. Bouchanine. Ce dernier a rappelé l’historique de la mission en mettant l’accent sur la justification du choix de l’ANAFID comme relais national dans le cadre du

projet. A ce sujet, il a mis en relief la longue expérience de l’ANAFID dans le domaine d’irrigation, de drainage et de l’aménagement foncier. En outre, il a souligné la haute qualité des compétences dont dispose l’ANAFID, lui offrant une place privilégiée parmi les différentes organisations non gouvernementales dont le domaine de l’eau agricole.

Par ailleurs, les représentants de l’ANAFID ont rappelé les activités scientifiques de l’ANAFID, notamment en matière de l’irrigation et de l’environnement à travers la publication des résultats des études, des travaux et des expériences sur le terrain en plus de l’organisation des séminaires et manifestations scientifiques.

Après avoir présenté le projet, Mr Besseat a souligné que le centre virtuel de l’eau agricole est un moyen de valoriser les travaux de l’ANAFID en particulier et l’avancée effectuée par le Maroc dans le domaine en général.

En conclusion, Mr Halila a manifesté sa satisfaction et pour l’objet du projet et pour l’approche adoptée dans le cadre de sa réalisation ; en effet celle-ci sort de l’ordinaire en se confiant à une organisation non gouvernementale ce qui coïncide avec les nouvelles orientations de la FAO. Egalement, le projet s’inscrit dans le cadre du renforcement des échanges à l’échelle régionale. Ainsi, il a exprimé le soutien de la représentation de la FAO au projet et sa forte adhésion.

CONSEILLER DU MADRPM

Mr Aït El Kadi a rappelé l’existence au niveau des différents services du ministère de l’agriculture du développement rural et des pêches maritimes, de travaux d’une grande importance dans le domaine d’impact de l’irrigation sur l’environnement en général et les thèmes suivants en particulier: (1) le développement des maladies hydriques notamment la bilharziose; (2) la pollution de l’Oud Oum Er Rabiâa
A cet effet il a été recommandé d’exploiter les résultats des travaux réalisés au niveau de l’ORMVA du Tadla en matière d’étude de l’impact de l’irrigation sur l’environnement dans le cadre du projet. Comme il a été signaler l’existence d’un comité technique d’environnement à l’échelle nationale.

DIVISION DE LA COOPERATION

Les activités de la division portent essentiellement sur les projets financés dans le cadre des différentes coopérations, et s’articulent sur les aspects suivants: (1) la coordination des projets en relation avec les ambassades et les organisations nationales et internationales; (2) le suivi des projets depuis le montage jusqu’à l’achèvement.

Les représentants de la division ont exprimé leur volonté de contribuer activement à la réussite du projet du centre virtuel de l’eau agricole. Toutefois, ils ont suggéré la signature d’une convention entre le Ministère de l’Agriculture du Développement Rural et des Pêches Maritimes et la FAO fixant les termes de références du projet. ADMINISTRATION DU GENIE – RURAL

  1. 1- DIRECTION GENERALE :
    Les représentants du Directeur de l’AGR ont mis l’accent sur les points suivants: (1) Existence d’un ensemble d’actions au sujet de l’impact de l’irrigation sur
    l’environnement au niveau des services extérieurs du MADRPM notamment les ORMVA; (2) Adhésion de l’AGR au projet du centre virtuel et sa disposition à collaborer avec l’ANAFID et l’IPTRID dans le cadre du projet; (3) Existence d’une stratégie d’économie de l’eau agricole développée de concert entre l’AGR et les ORMVA; (4) Composante impact sur l’environnement est devenu un préalable à tous les projets d’investissement hydro – agricole.
    Par ailleurs, l’AGR a été sollicitée de valider les thèmes identifiés ainsi que les modèles d’information à diffuser. A cet effet, plusieurs modules sont prévus en l’occurrence: (1)une librairie virtuelle où seront stockés tous les documents ayant permis la production de l’information synthétisée et traitée; (2) une information textuelle avec des entrées thématiques et géographiques; (3) des opportunités d’organisation des conférences électroniques; (4) des opportunités de gestion des événements scientifiques en relation avec l’irrigation et l’environnement tels que les séminaires, les forums,…
  2. SERVICE DES EXPERIMENTATIONS DES ESSAIS ET DE LA NORMALISATION (SEEN/AGR) :
    Le SEEN coiffe 11 stations expérimentales d’hydraulique agricole au niveau des ORMVA. Il dispose d’une masse considérable de résultats des essais datant depuis les années cinquante et dont l’exploitation est entravée par le problème d’archivage. A cet effet, une réflexion est en cours pour la création d’un centre national de documentation agricole ; d’où l’intérêt des responsables du SEEN au projet du centre virtuel de l’eau agricole puisqu’il est assorti avec leur ambition.
  3. DIRECTION DES AMENAGEMENTS FONCIERS :
    La DAF est chargée essentiellement des projets de dévelop-pement en zones pluviales. Toutefois, la capitalisation des expériences dans le domaine des aménagements hudro-agricoles est l’une de ses préoccupations majeures
    Les représentants de la DAF ont exprimés un intérêt particulier au projet du centre virtuel dans la mesure où il assurera la disponibilité des informations permettant de juger et d’apprécier la durabilité des aménagements ruraux. Par ailleurs, il a été signalé que la DAF a développé une base de données relative à l’aménagement des zones pluviales pour une cinquantaine de projets comme elle a produit un guide sur les techniques d’irrigation durable.
  4. DIRECTION DES AMENAGEMENTS HYDRO AGRICOLES :
    La DAHA est chargée de la supervision des travaux d’aménagement hydro – agricole et de réhabilitation au niveau des grands périmètres irrigués. D’où son intérêt au projet du centre virtuel de l’eau agricole en qualité d’utilisateur potentiel.

CONSEILLER DU MINISTRE DE L’EAU DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE.

Les représentants du Ministère de l’eau de l’environnement et de l’aménagement du territoire ont exprimé leur satisfaction vis-à-vis du projet d’autant plus qu’il est pris en charge par l’ANAFID d’une part et qu’il est assorti avec les objectifs du Ministère.
L’accent a été mis sur les projets en cours en matière de reforme du secteur de l’eau en relation avec l’environnement. En effet, la phase des équipements étant achevée, les réflexions sont en cours pour donner plus d’importance aux aspects de gestion et de préservation des ressources en eau. Pour ce faire, il est suggéré de regrouper les différents intervenants au moins virtuellement.
Aussi, faudrait-il rappeler que le secteur de l’eau nécessite un débat avec les usagers durant toutes les étapes de sa réforme ; d’où l’intérêt du projet du centre virtuel de l’eau agricole au vu du ministère.
En définitif, les représentants du ministère de l’eau, de l’environnement et de l’aménagement du territoire ont exprimé leur souhait de participer activement durant toutes les phases du projet.

ENA DE MEKNES

Le travail en cours de réalisation au niveau de l’ENA de Meknes dans le cadre du projet SIERNA consiste à collecter, étudier, analyser et capitaliser les travaux antérieurs dans le domaine de l’eau-agricole. L’achèvement est prévu pour le mois de juin 2005.
Par ailleurs, l’ENA dispose des séquences vidéo traitant la problématique de l’Environnement au niveau du Souss Massa, Moyen Sebou et certains bassins versants.
Les représentants de l’ENA ont insisté sur la création d’une commission de validation de la fiabilité de toute information traitée dans le cadre du projet du centre virtuel de l’eau agricole comme ils ont soulevé la question de remboursement des producteurs de cette information. A cet effet, trois types de fournisseurs d’information ont été distingués :Les établissements publics : ORMVA, Les instituts de recherche ; Les utilisateurs.
Par ailleurs, il a été signalé l’existence au niveau de l’ENA d’une plate forme virtuelle de formation à distance et d’assistance des conseillers agricoles en matière d’agri-environnement.
En définitif, l’essentiel de l’information disponible au niveau de l’ENA est produit dans le cadre des projets financés par les bailleurs de fonds et qui en sont les propriétaires.

IAV HASSAN II : DEPARTEMENT DE GENIE RURAL

Une présentation du projet WADEMED a été faite par MM Marcel KUPER et Ali HAMMANI : Le projet est financé par la Communauté Européenne dans le cadre d’un programme INCO-MED. Il se rapporte à la gestion de la demande en eau et l’élaboration des bases de connaissances intégrées dans les pays méditerranéens.
Par ailleurs, les représentants du Département du Génie Rural ont soulevé les mêmes questions que ceux de l’ENA en ce qui concerne la propriété des informations produites dans le cadre des projets financés par les bailleurs de fonds ainsi que la validation de la fiabilité par une commission définie au préalable et ce compte tenu de la diversité des informations d’une part et des fournisseur d’autre part.

AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SEBOU

L’organigramme de l’Agence du Bassin Hydraulique du Sebou a fait l’objet d’une attention particulière du missionnaire de la FAO, qui a sollicité de lui faire part des attributions de chaque division à savoir: (1) la division développement et gestion des ressources en eau; (2) la division entretien des ouvrages et suivi des ressources en eau; (3) la division aides et redevances; (3) la division ressources humaines et financières; (4) le service protection de la qualité de l’eau.

PROJET MOYEN SEBOU ET INAOUEN AVAL

Un exposé détaillé sur le projet moyen sebou et Inaouen Aval a été animé par Monsieur le Directeur Mr IKAMA Abderrazak. Les visites sur le terrain ont concerné les secteurs 2 et 3 notamment les stations principales SP8 et SP4 ainsi qu’une coopérative laitière au niveau du secteur 2. Deux réunions ont été organisées avec les présidents et quelques membres des associations des usagers de l’eau agricole. Les points soulevés par le missionnaire de la FAO portaient sur les aspects suivants : (1) l’appréciation des agriculteurs du passage de la culture pluviale à la culture irriguée, (2) les mesures d’encadrement et d’accompagnement prises par l’Etat au profit des agriculteurs, (3) le financement de la campagne agricole, (4) l’appréciation des agriculteurs au démarrage du projet et après l’achèvement des travaux, (5) l’impact du projet sur l’environnement

ORMVA DU LOUKKOS

Les interventions ont porté principalement sur les points suivants :

  • Un aperçu sur l’évolution de la nappe phréatique ; l’accent a été mis sur les inondations ayant submergé plus de 1.400 Ha en 1981 ce qui a été à l’origine de la conception et la réalisation d’un déversoir allant directement de la nappe vers l’océan atlantique
  • Un rappel des interventions du service d’exploitation des réseaux d’irrigation tels que le suivi permanent de la nappe, la programmation des irrigation, l’organisation des campagnes de sensibilisation incitant les agriculteurs à adopter des techniques d’irrigation appropriées,…..
  • Un exposé sur les actions de suivi de la qualités des eaux et des sols au niveau de la zone d’action de l’Office ; où il a été détaillé le nombre de points suivis, les paramètres objets du suivi et la fréquence des prélèvements.

Lors de la réunion avec les présidents de deux AUEA, le missionnaire de la FAO les a invités à débattre les points suivants : (1) L’évolution du mode de vie des agriculteurs avec l’arrivée de l’irrigation; (2) les origines du malaise des agriculteurs s’il y a un malaise; (3) l’appréciation du service de l’eau offert par l’Office. Ainsi, les interventions des agriculteurs ont porté essentiellement sur : (1) L’irrigation a engendré une augmentation des charges sans pour autant que celles-ci soient couvertes par les produits. A cet effet, ils ont souligné l’absence d’une plate forme de commercialisation des produits agricoles et que le circuit de commercialisation est dominé par les intermédiaires, (2) L’absence d’unité de conservation des produits agricoles; (3) Les agriculteurs souhaitent l’extension du mode d’irrigation par goutte à goutte compte tenu de l’économie engendré et sur le plan facture d’eau d’irrigation et sur le plan coût de la main d’œuvre, (4) La satisfaction des agriculteurs du service eau offert par l’ORMVAL, à cet effet les agriculteurs déplorent la libéralisation des assolements et sollicitent le retour de l’assistance de l’Etat dans ce domaine.

SEMINAIRE : INSTRUMENTS ECONOMIQUES ET MODERNISATION DES PERIMETRES IRRIGUES DANS LES PAYS DE LA MEDETERRANEE

Le projet Wademed (water demand Management Knowledge / Base de connaissance sur la Gestion de la Demande en eau en Méditéranée.) organise ce séminaire en Tunisie, à Sousse – Kairouan en Novembre 2005 Les thèmes retenus pour ce séminaire sont :

  1. politiques hydrauliques : expérience passées et perspectives
  2. Analyse de la demande d’eau
  3. Analyse de l’offre d’eau et choix technologiques
  4. Formation des revenus des exploitants
  5. Analyses prospectives et études d’impact

Pour plus d’information, veuillez contacter le comité scientifique dont les membres marocains sont : MM : A Hammani ; M. Doukkali (IAV- Hassan II) ou bien Mr Kuper (CIRAD) à l’IAV Hassan II.

REVUE « HOMMES, TERRE ET EAUX » SOMMAIRE DU N ° 126 / Juin 2004

L’irrigation dans les pays du Maghreb, enjeux stratégiques et défis majeurs / A.Filali B
Système d’irrigation traditionnelle par khettaras dans le Sud Est Marocain. Fonctionnement et rôle dans la sauvegarde de la vie dans les oasis / M. Ouhssain
Eléments de référence pour le raisonnement des épandages mécaniques d’engrais / A. Aït Houssa, A.Zari & M. El Midaoui
Eléments d’aide au raisonnement de l’échantillon du sol en parcelle agricole /A. Aït Houssa, M. Benbella, M. Badraoui
Epuration et réutilisation des eaux usées a des fins agricoles (Expérience Ouarzazate) / H. Berdai, T. Benchokroun & B. El Hamouri
Interprétation préliminaire des données isotopiques Environe-mentales des régions de Aïn El Atti (Tafilalet) / M. Aoubouazza, W. Stichler, P. Maloszewski & B.G. Wallin
Rétention et disponibilité du phosphore apporté a quelques sols du Sais / Y. Moujahid, N. Sefrioui, A. Azzaoui et S. Bouhlassa
Effet du travail du sol sur la levée et le développement racinaire du cotonnier sur sols ferrugineux tropicaux lessives au Burkina Fasso / G. Son, M. Badraoui, F. Kambire & E. Bourarach
L’endettement, une contrainte a l’accès au crédit ? Cas des exploitations familiales de la zone irriguées de l’ON, au Mali / Koné Yénizié, Koné Daouda, Bagayoko Minamba, Dena Paran Samson

Mastère Spécialisé Management et Ingénierie des Services d’Eau et d’Assainissement (MISEA) / Rabat et Strasbourg

Accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) France / Début de la formation : Septembre 2005 Organisation modulaire en alternance (sessions de 2 à 3 jours/mois) d’une durée de 18 mois

Module

Intitulé

Lieu

Période

M 1

Evolution et adaptation du service de l’Eau et de l’Assainissement

R

Sept- nov

M 2

Gestion et optimisation du service

S

Nov- déc

M 3

M 3A

Les Plans Directeurs d’Assainissement au Maroc

R

Jan- fév

M 3B

Systèmes d’assainissement

S

Jan- fév

M 4

Management du service : fonctions et ressources humaines

R

Mars-av

Projet de fin d’étude de 6 mois, soutenu en novembre 2006 A Rabat devant un jury mixte (ENGEES-IAV) Inscriptions ouvertes jusqu’au 30 juin 2005 / Nombre de places : 15 / Frais d’inscription 8000 euros Cycle de formation éligible au financement dans le cadre des contrats spéciaux de formation (C.S.F) auprès de l’OFPPT POUR PLUS D’INFORMATION www.iav.ac.ma