Décembre 2004

RENCONTRE AVEC MONSIEUR LE SECRETAIRE GENERAL DU DEPARTEMENT DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

Le Secrétaire Général du Département de l’Agriculture et du Développement Rural Monsieur Moha Marghi, a reçu le 01 décembre 2004, au siège de son Secrétariat Monsieur Abdellah Bekkali, Président de l’Association Nationale des Améliorations Foncières, de l’Irrigation et du Drainage (ANAFID), qui était accompagné de cinq membres du bureau de l’Association :
Mustapha Bouhamidi, Mohamed Bourass, Mohammed Daoudi, Hassan El Mahraz, Mohamed Bouaam. D’abord, Monsieur Bekkali au nom des adhérents et des membres du bureau de l’Association, a présenté ses félicitations à Monsieur Marghi à l’occasion de sa nomination à la tête de ce Département. M. le Président de l’Association a fait, par la suite, une présentation succincte sur le parcours effectué par l’ANAFID depuis sa création en 1968, et a précisé le rôle qu’elle joue dans les domaines relatifs au foncier, le Génie Rural, l’Irrigation et le Drainage. M. le Secrétaire Général, de son côté, a rendu hommage à M. Bekkali et aux membres du bureau pour les efforts qu’ils ont rendus et qu’ils continuent à rendre pour le Ministère de l’Agriculture et pour le Maroc. Il a évoqué également que l’ANAFID, compte tenu de ses compétences et de la mission qu’elle mène, peut apporter un appui dans les réformes structurelles pour la mise à niveau du secteur agricole, dans le but de contribuer à la croissance de l’économie nationale. M. le Secrétaire Général a proposé que le Ministère de l’agriculture et du Développement Rural et l’ANAFID travaillent dans un cadre de partenariat pour réaliser ensemble les objectifs du pays en matière agricole et de développement rural.

PROGRAMME DES ACTIVITES DE 2005

Monsieur BOUAAM a présenté un programme prévisionnel des activités de l’ANAFID pour l’année 2005. Ce programme a été
discuté par les membres du Bureau présents.
Le programme de 2005 comprend en priorité la réalisation des manifestations envisagées en 2004 et qui n’ont pu être réalisées.
Les nouvelles propositions sont données dans le tableau ci après:

Comité Technique

Nature de l’activité

Gestion de l’Irrigation

– Valorisation des ressources en eau, en irrigué

Environnement

A déterminer

Entreprises

– Atelier sur « Le rôle des ORMVA dans le développement des entreprises et projets d’incubation des PME »

infrastructures / Développement Rural

Séminaire international « Entretien des routes rurales / enjeux et perspectives »

Autres

– Visite technique/projets DRIPMH de Khénifra/développement des zones de montagnes

DÉVELOPPEMENT DES ZONES DE MONTAGNES

Le MADRPM a engagé en 2003–2004 des études de développement de zones de montagnes dans 3 régions (province du Haouz,
Province de Khénifra et province d’Errachidia).
L’ANAFID, dans le cadre des activités de ses comités techniques, pourrait participer à la réflexion sur le développement rural en zones de montagnes.
Messieurs BOURASS, DAOUDI et CHERIF ont été désignés dans le comité relatif à cette activité. Les résultats de leur réflexions seront exposés lors de la visite technique envisagée dans la province de Khénifra en Avril 2005.

 ACTIVITES  DE LA CIGR

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CIGR PEKIN 11 – 14 OCTOBRE 2004

Pr. El Houssine BARTALI, Vice Président de l’ANAFID et Président sortant de la CIGR a participé à la Conférence Internationale de la CIGR qui s’est tenue du 11 au 14 octobre 2004 à Pékin et placée sous le sigle « Olympiades du Génie Rural».

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le vice premier ministre chinois accompagné d’une importante délégation ministérielle. Celui-ci a félicité la CIGR pour cette initiative et souhaité la bienvenue aux délégations et participants venus des différents coins du monde pour l’échange d’expériences et la promotion du génie rural. 969 participants issus de 64 pays et comprenant des administrateurs, des scientifiques, chercheurs, industriels et des professionnels du génie rural ont suivi les travaux de cette conférence. La FAO, Rome était également représentée.

Les travaux de cette conférence en marge de laquelle s’est tenue à Pékin la 2ème Foire Internationale agricole de Chine ont couvert les cinq thèmes suivants : (i) Gestion de l’eau et du sol, (ii)Transformation des bio produits et sécurité alimentaire, (iii)les technologies de l’information en agriculture, (iv)Travail du sol et durabilité des petites exploitations, (v) Équipement et installations de l’agriculture moderne.
980 communications ont été acceptées pour une présentation orale ou sous forme de poster. Un document contenant les résumés et un CD contenant les textes intégraux des communications ont été remis aux participants.
A l’occasion de cette conférence se sont tenues notamment les réunions des instances dirigeantes de la CIGR (Présidium, Bureau exécutif, et bureau technique et assemblée générale) ainsi que les réunions des bureaux de des sections techniques I, III, VI et VII.

Pr Bartali en tant que Président sortant de la CIGR pour la période 2003 – 2004 termine ainsi en fin 2004 ses fonctions au niveau du Présidium de la CIGR dont il a assuré notamment la présidence en 2001 et 2002. Il a tenu à remercier le président de l’Anafid et son bureau pour le soutien qui lui a été apporté pour mener à bien ses engagements et ceux de l’Anafid au sein de la CIGR. Il a indiqué que le comité marocain de la CIGR et particulièrement Mr Bekkali ont laissé une très bonne impression au sein de la CIGR au terme de cette période de présidence.

Pr Bartali a distribué lors de la conférence de la CIGR à Pékin la version arabe du numéro 67 du bulletin (news letter) ainsi que de la brochure de la CIGR. Cette traduction en arabe initiée grâce à l’appui des élèves GR de l’IAV Hassan II a été très appréciée par les instances de la CIGR et par les participants à la conférence de Pékin surtout que le comité chinois de la CIGR a aussi de son côté présenté à cette occasion la version chinoise du même numéro 67 de la CIGR.

Pr Bartali, en tant que Président sortant de la CIGR a aussi présidé à la conférence de Pékin les comités et les cérémonies de
distribution du prix Armand Blanc et des prix Industries / CIGR tels que Unacoma et Kamic. Le premier a été décerné par la CIGR aux meilleures communications scientifiques présentées par de jeunes ingénieurs chinois tandis que que les deuxièmes sont financés respectivement par l’association italienne et sud coréenne des producteurs de machines agricoles. Le prix UNACOMA a été remis au  Pr Kitani, président honoraire de la CIGR et personnalité éminente du génie rural en Asie.

Pr Bamouh, membre du bureau de l’ANAFID a également témoigné de la qualité remarquable de cette conférence internationale de la CIGR et à laquelle il a pu partiellement participer pendant son séjour en chine sur invitation de l’Université des sciences agricoles de Pékin.
Lors de cette conférence tenue en Chine, la CIGR a exprimé ses remerciements et ses félicitations à Mr Bekkali, Mr Bartali et à l’Anafid. Afin de continuer à bénéficier du support et de l’expérience de l’Anafid, l’Assemblée générale de la CIGR a élu Pr Bartali comme membre permanent de son Bureau exécutif pour développer les activités de la CIGR au sein du continent africain et des pays arabes.
La CIGR a élu un nouveau Président entrant pour la période 2005-2006, en la personne de Mme Irena Nas, du Brésil et qui préside actuellement l’Association latino américaine du génie rural. Pendant cette période le président de la CIGR sera  Pr  Luis Pereira du Portugal.
La CIGR a également élu un nouveau secrétaire général qui est du Japon et est Professeur au département de génie rural de l’Université de Tsukuba. Le Secrétariat général de la CIGR qui se trouve à Bonn (Allemagne) depuis 1998 sera ainsi transféré au Japon à partir de fin 2005. Le Japon ayant accepté de fournir un support financier à ce secrétariat.
Pr Bartali a rappelé que le 16ème congrès international de la CIGR aura lieu à Bonn en septembre 2006 et que Laval (Québec) accueillera le 17ème congrès en 2010.

SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LES ROUTES RURALES

A Pékin Pr. Bartali a participé à la réunion du bureau de la première section technique de la CIGR avec laquelle l’ANAFID a prévu d’organiser un séminaire international sur la maintenance des routes rurales en fin 2005. Ce séminaire il convient de le rappeler
sera aussi organisé en collaboration avec la Direction des Routes (DRCR) et de l’AIPCR (Association Internationale
Permanente des Congrès de la Route).
Lors de cette réunion ont examiné les questions des thèmes du séminaire, de la composition du comité scientifique, du timing et
de la dissémination de l’information pour l’appel aux communications. La CIGR et sa première section technique ont tenu à rappeler
leur intérêt et leur appui à cette importante manifestation internationale qui sera organisée Rabat sur initiative de l’ANAFID.
En ce qui concerne la période de son organisation, il est apparu plus approprié de retarder un peu la tenue de ce séminaire et de
le prévoir vers la fin du premier trimestre 2006.
Cette recommandation qui vise à donner un peu plus de délai pour une meilleure participation internationale a été approuvée
par le bureau de l’ANAFID.
Pr Bartali a aussi tenu le mardi 23 novembre une réunion avec Mr Imzil, responsable au niveau de la DRCR de l’organisation
de ce séminaire. Cette réunion avait pour objet de faire le point sur l’avancement des éléments suivants : préparation du premier
bulletin du séminaire dont la DRCR se chargera, composition des membres des différents comités et planning et date du séminaire.
Mr Imzil a confirmé que la DRCR est aussi favorable au report vers le premier trimestre 2006 de ce séminaire.
Pr Bartali a informé la bureau de l’ANAFID qu’il a contacté le secrétaire général de l’AIPCR Mr Batac et qu’ils ont convenu de
tenir une réunion à Paris au bureau de l’AIPCR le jeudi 9 décembre 2004. Cette réunion sera mise à profit pour étudier les
modalités de contribution et de support de l’AIPCR à la tenue de ce séminaire au Maroc, notamment la prise en charge de participants
africains.

RÉFLEXION SUR L’ANAFID

Suite à la proposition de monsieur AÏT KADI de mener une réflexion approfondie sur les voies à suivre pour faire évoluer l’ANAFID. Messieurs ALAMI SOUNI, DEBBARH, RBAÏBI et FILALI ont manifesté leur désir de se joindre à Mr Aït Kadi pour mener cette réflexion.
Monsieur BEKKALI, président de l’ANAFID, insiste pour que, dans le cadre de sa réflexion, ce groupe recense et analyse toutes
les sources de financement des activités de l’Association ainsi que les voies d’amélioration au niveau de la communication.

JOURNEES D’ETUDES ET CONFERENCES

RENCONTRE « ECHANGES  MEDITERRANEENS »

La période du 29 mai au 4 juin 2005 a été proposée par l’Association «Échange Méditerranéen» pour la sixième rencontre de ses membres au Liban.

CONFÉRENCE EURO-AFRICAINE GESTION DE L’EAU ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

L’Académie de l’Eau organise, à Paris, les 22 et 23 Mars 2005, date de la journée mondiale de l’Eau et du lancement d’une nouvelle
Décennie de l’Eau des Nations – Unies, une Conférence Euro – Africaine sur le thème des relations réciproques entre la
gestion de l’eau et l ‘aménagement du territoire, en vue du 4ème Forum Mondial de l’Eau de Mexico en Mars 2006.
Pour plus d’informations :
www.academie-eau.org et www.water-academy.org
contact : imbert.francois xavier@aesn.fr

TEXTES REGLEMENTAIRES

BANQUE MULTILATERALES DE DÉVELOPPEMENT:  RÉVISION DES DOCUMENTS D’APPEL D’OFFRES POUR LES MARCHES DE TRAVAUX

Dans le cadre de l’harmonisation de leurs procédures et modalités d’intervention, les banques de développement multilatérales
viennent d’adopter de nouveaux documents d’appel d’offres, et notamment de contrats-types, sur le modèle de ceux conçus par
la Fédération Internationale des Ingénieurs – Conseils (FIDIC).
Ces procédures d’appels d’offres ont été débattues entre les représentants de la «Confédération International Contractors
Association» (CICA) et le département de passation des marchés de la Banque mondiale les 1er et 2 décembre 2004.

NOMINATION
L’ANAFID félicite Mr. DEBBAGH Abdelhafid pour sa nouvelle fonction en qualité de Directeur de la Formation des Cadres au Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique.

LU POUR VOUS ……

TEXTES REGLEMENTAIRES

Le texte qui figure ci-après est un extrait d’un article paru dans la revue Agridoc n°5, rédigé par des cadres chargés de programmes
au Centre international de Coopération pour le Développement Agricole (CICDA).
Le lecteur trouvera plus d’information sur ce centre au site Internet: www.cicda.org et sur cet article sur le site: www.agridoc.com
«Activité complémentaire à l’agriculture, le tourisme représente une opportunité pour les familles paysannes d’augmenter leur
revenu et d’améliorer leurs conditions de vie. Mais la croissance touristique, s’elle n’est pas pensée dans la durée et en articulation
avec les autres activités qui contribuent au développement d’un territoire, ne peut-elle aussi être source d’exclusion et de frustration ?

Au Maroc, la région montagneuse du Haut Atlas longtemps est restée à l’écart des politiques d’investissement publics.
L’économie de cette région de montagne est principalement basée sur l’activité agricole menée d’une manière traditionnelle
dans un monde rude, isolé et soumis à une pression démographique.
Dans ce contexte, il est de plus en plus difficile pour les familles paysannes de vivre de la seule activité agricole. Cependant, depuis quelques années, les changements des modes de vie, l’importance grandissante des populations jeunes et un certain désenclavement des vallées montagnardes ont permis de passer d’une agriculture orientée vers la subsistance à une agriculture
d’échange. Cette « ouverture » a facilité en outre le développement du Tourisme, identifié depuis les années 80 comme piste possible de développement de la montagne marocaine » Veronique Lunven et Emmanuelle Cochon-CICDA

Table ronde « ACCORD DE LIBRE ECHANGE MAROC / ETATS UNIES » CGDA, le 14/09/2004

Dans le cadre de ses activités, l’ANAFID et le Conseil Général du Développement Agricole (CGDA), ont organisé une table ronde, qui a été animée par Mr Mohamed Aït Kadi sur l’Accord de Libre Échange avec les Etats Unies (ALE), le 14 septembre 2004 au siège du CGDA.
Etaient présents à cette table ronde Mr Abdallah BEKKALI, Président de l’ANAFID, avec trois membres du bureau de l’Association, des membres du CGDA et quelques professionnels oeuvrant dans le domaine de l’agriculture.
Mr Aït Kadi, Président du CGDA et coordonnateur de l’équipe de négociations marocaines de l’ALE Maroc/ Etats-Unis pour le volet agricole, a fait une présentation riche en informations où il a abordé trois axes principaux, à savoir :

  • Le déroulement des négociations et la participation des professionnels ;
  • Le contenu de l’accord ;
  • Les impacts de l’accord sur le secteur agricole et le monde rural.

Mr Aït Kadi a rappelé que le Royaume du Maroc et les Etats Unis ont signé cet ALE le 15 juin 2004. L’accord a été ratifié par le congrès américain les 21 et 22 juillet 2004 par une large majorité (85 voix contre 13 au sénat et 323 voix contre 99 à la chambre des représentants). Il sera présenté au parlement marocain pour ratification.
Dans son exposé, Mr Aït Kadi a soulevé les difficultés rencontrées lors des négociations qui ont commencé en janvier 2003 et ont été conclues en mars 2004, après 7 rounds au lieu de 5 arrêtés initialement. Il a ajouté, qu’au terme de ces négociations, les deux parties sont arrivées à un compromis qui préserve les intérêts du Maroc. Ce compromis a été construit sur les bases suivantes :

  • Une segmentation des produits: entre la viande bovine de haute qualité et la viande standard, entre le blé dure et le blé tendre, entre le poulet entier et la viande de volaille en morceaux. Cette segmentation a permis d’adapter les concessions faites aux réalités du marché marocain pour ne pas concurrencer la production nationale.
  • Une définition des volumes des contingents, de leurs taux d’accroissement et des tarifs préférentiels qui limite les impacts sur les prix domestiques. Cette disposition est renforcée par une limitation des conditions d’accès au marché marocain à travers l’application des appels d’offres pour les blés et un circuit de distribution réservé aux hôtels 4 et 5 étoiles et aux restaurants homologués pour la viande bovine de haute qualité.

Les quantités hors contingent doivent subir, sur des périodes de transition les plus longues possibles, un démantèlement tarifaire non- linéaire lent au début et accéléré en fin de période cerne les répercussions de l’accord de libre échange sur les différents secteurs
agricoles et agro-industriels (risques et opportunités), les mesures susceptibles d’accroître les exportations ou de les orienter et la définition de l’offre marocaine et des mesures susceptibles d’atténuer les impacts des importations sur la production nationale et les prix domestiques.
En ce qui concerne le contenu de l’ALE, M. Ait Kadi a confirmé que dans cet accord les deux parties ont réaffirmé leurs droits etobligations dans le cadre de l’Accord de l’OMC sur l’agriculture et celui sur les mesures sanitaires et phytosanitaires. L’accord contient également une déclaration conjointe qui souligne le désir des deux parties de renforcer leur coopération dans le domaine sanitaire et phytosanitaire ainsi que les concessions réciproques relatives à l’accès au marché.
Pour ce qui est des impacts de l’Accord, Mr Aït Kadi a précisé que l’évaluation d’impact de cet accord ne peut pas se limiter uniquement à un exercice comptable sur le plan commercial pour un secteur pris isolément du fait d’abord de sa portée stratégique, ensuite parce que cet Accord est global, il intéresse tous les secteurs de l’économie nationale et enfin, parce que l’accord doit renforcer le processus de réformes structurelles engagées dans plusieurs domaines pour améliorer l’environnement des affaires et l’attractivité des investissements et de ce fait stimuler un développement économique et social durable. Une libéralisation maîtrisée du secteur peut avoir des retombées positives sur l’économie nationale si elle est accompagnée des réformes nécessaires.
L’accès des produits américains au marché marocain a été raisonné pour limiter tout impact négatif. En ce qui concerne les
opportunités d’exportations, de l’avis même des professionnels, ces opportunités sont nombreuses notamment pour les fruits et
légumes et certains produits transformés.
Mr Aït Kadi a insisté sur les opportunités de cet accord, en précisant qu’au delà de l’accès au marché américain, le Maroc attend de cet accord qu’il facilite les investissements dans les secteurs agricoles et agro-industriels, qu’il facilite l’accès à la technologie et qu’il permette l’insertion de l’entreprise marocaine dans la chaîne internationale des valeurs. Il a ajouté que le Maroc a aussi tous les atouts pour devenir une plate-forme commerciale régionale permettant une expansion et une diversification des opportunités d’emplois.

Enfin Mr Aït Kadi a souligné que l’agriculture marocaine, compte tenu de sa situation objective aujourd’hui, des changements de
son environnement et la nature des enjeux, doit faire un effort d’adaptation considérable pour améliorer sa compétitivité tant
sur les marchés extérieurs que sur le marché intérieur.
Au terme des travaux de cette table ronde, Mr Aït Kadi a répondu aux questions des participants et a donné davantage d’explications
à leurs interrogations.